L’Arly de sa source au confluent,

L'Arly se forme à Megève au confluent des eaux de deux torrents : le ruisseau du Planay et le ruisseau du Glapet, qui prennent leur source tous les deux sur le versant nord du Mont Joly et des Aiguilles Croches.

Son tracé se distingue en 3 entités distinctes :
- Vallée glaciaire entre Megève et Praz sur Arly (pente modérée 1.5%)
- Gorges rocheuses en pente fortes (4%) entre Flumet et Ugine
- Large vallée alluviale entre Ugine et Albertville jusqu’à la confluence avec l’Isère.

Des gorges jadis redoutées des voyageurs,

undefined Les gorges de l’Arly entre Flumet et Ugine, très encaissées sont historiquement connues pour leur caractère infranchissable. Véritable axe stratégique, c’est à partir de 1860 que les travaux de construction sont engagés,… à la pelle, la pioche et à la dynamite. Il aura fallut 20 ans de construction. La route reste très vulnérable du fait des éboulements, des glissements et des crues de l’Arly. Depuis sa création de nombreux aménagements de confortement et de sécurisation de la RD1212 sont réalisés.

Des cours d’eau d’une bonne qualité,

En dépit de la qualité bonne à très bonne des cours d’eau en amont de Flumet, des problématiques de pollutions domestiques persistent encore notamment en période hivernale, pendant les périodes d’étiages (basses eaux) qui coïncident avec les périodes de fortes fréquentations touristiques. En dépit des traitements par les unités de traitement, la dilution et la capacité d’épuration des cours d’eau est faible.
De Flumet à l’aval des gorges, la qualité des cours d’eau reste bonne, toutefois les unités de traitement sont vétustes et inadaptés à la situation actuelle et futur. Une restructuration du système d’assainissement des communes du Val d’Arly a été engagée par le SIEPAM, avec la création d’une station d’épuration à l’aval de la Giettaz, dont la mise en service est prévue pour 2011 et la création d’une station d’épuration intercommunale à St Nicolas la Chapelle, qui raccordera les communes de Cohennoz – le Cernix, Crest Voland, Notre Dame de Bellecombe, Flumet et St Nicolas. La mise en service est prévue pour 2012. 

Une dynamique torrentielle très active,

undefined  Les affluents de l’Arly (Planay, Glapet, Arrondine,..) par leurs fonctionnements torrentiels peuvent générer des crues et de transporter des quantités de matériaux importantes. Ces matériaux sont susceptibles de créer des encombres et des débordements dans les secteurs à enjeux (agglomérations, axes routiers, confluences, …). En dépit de leurs fortes pentes, des secteurs de replat permettent aux cours d’eau de déposer ces matériaux : Plaine Joux, Glières, Moulin Ravier, …. Ces matériaux seront ensuite repris lors de crues suivantes contribuant au maintien de l’équilibre du cours d’eau (débit solide – débit liquide).

 Zone de régulation des matériaux de l’Arly à Moulin Ravier

Des cours d’eau de plus en plus contraints par l’urbanisation,

L’urbanisation croissante à proximité des rivières entraine une fixation progressive du lit des cours d’eau,  comme l’Arly dans la traversée de Megève et Praz sur Arly. Ces aménagements qui empiètent progressivement sur les rives (constructions, remblais, …) entrainent des sollicitations de plus en plus fortes sur les berges qui se manifestent par des érosions menaçant d’autres enjeux (ponts, digues, …), etc.
La libre divagation de l’Arly reste toutefois possible sur quelques secteurs encore peu aménagés.

Remblais sauvage en bordure de l’Arly.
Le secteur des gorges souffre quant à lui d’une lente incision. Le lit de l’Arly s’enfonce progressivement du fait du déficit de matériaux provenant de l’amont. Cet enfoncement a déjà causé la déstabilisation d’ouvrages de protection de la RD 1212.
Ce déficit est amplifié par le barrage des Mottets qui piège les matériaux. 
undefined

Des débits influencés par les aménagements hydroélectriques,

undefined L’impact du barrage des Mottets situé dans les gorges à l’aval de Flumet, se manifeste essentiellement par une atténuation des crues ordinaires. Pour les crues extrêmes, l’influence du barrage des Mottets est nulle, dans la mesure où l’ouvrage est transparent à partir de 70m³/s.

En revanche, la retenue des Mottets contribue à abaisser sensiblement les débits moyens et d’étiage sur le tronçon aval soumis au débit réservé.
 

                        L’Arly dans les gorges
 

De nombreux infranchissables,

De nombreux obstacles jalonnent les gorges, limitant la continuité piscicole. Du fait de la morphologie des gorges, ses obstacles sont d’abord naturels, constitués de blocs plurimétriques, véhiculés par les nombreux glissements de terrains latéraux.
Ses obstacles sont également anthropiques, liés aux aménagements hydroélectriques (seuil des Mollières à Ugine, barrage des Mottets, barrages de Moulin Ravier) ou liés à des ouvrages de confortement du lit et des ouvrages de protections latéraux (seuils, épis,…).
Sur Megève et Praz-sur-Arly, la libre circulation des espèces est assurée.
 

Une contamination progressive et difficilement réversible !

Aujourd’hui la lutte contre la Renouée du Japon est encore très difficile à mener. Les moyens technique à mettre en œuvre peuvent être importants et les résultats pas toujours au rendez vous.
La meilleure solution reste la prévention, en limitant la propagation de la Renouée.
L’Arly amont a encore la chance d’être au début de la phase de colonisation. Des massifs importants sont connus sur Praz-sur-Arly. Dans les gorges on assiste à l’apparition de petits massifs ponctuels.

SYNDICAT MIXTE DU BASSIN VERSANT ARLY - Hôtel de Ville BP2 - 73401 Ugine cedex - Tél. 04 79 37 34 99 - Contact - Mentions légales - réalisé par B4f