Le bassin versant du Doron de Beaufort draine une surface de près de 275 km² sur 4 communes : Beaufort, Hauteluce, Villard sur Doron et Queige. La configuration du réseau hydrographique est marquée par la présence de grands barrages en tête de bassin versant : Roselend, St Guérin, la Gittaz, la Girotte.

L’essor de l’hydroélectricité dans le Beaufortain,

Dès la fin du 19ème siècle, les premiers torrents à forte pente sont équipés pour produire de l’électricité. Mais c’est surtout après guerre que les plus gros chantiers sont engagés, sous l’impulsion de la nationalisation de l’énergie et de la création d’EDF. Près de 20 ans ont été nécessaire à la création d’un complexe hydroélectrique interconnecté avec la Tarentaise reconnu d’intérêt national. 

undefined
Barrage de Roselend
Retrouvez toute l’histoire des barrages du Beaufortain
 

L’hydroélectricité en quelques chiffres :

-- 213 millions de m³ : capacité de stockage des barrages de Roselend, St Guérin, la Gittaz.
-- 30 : nombre de prises d’eau en Haute Tarentaises qui alimente le complexe de Roselend la Bâthie.
-- 12,6 km : longueur de la galerie et de la conduite forcée qui relie le barrage de Roselend à la Bâthie – chute de 1200 m.
-- 4,5 milliards de kWh ou 7% : part de la production hydroélectrique nationale produite annuellement par le Beaufortain.

Une qualité des eaux bonne

La qualité de l’eau du Doron et de l’Argentine est bonne. Quelques déclassements sont constatés, sans doute liés à la fréquentation, en période hivernale, des communes touristiques. En outre, la pollution agricole du territoire est encore mal connue, celle-ci fait actuellement l’objet d’une étude diagnostic.

Une hydrologie perturbée par les aménagements hydroélectriques,

L’impact des aménagements hydroélectriques du Beaufortain se traduit par une forte atténuation des crues morphogènes courantes à rares (autour d’une fréquence à peu près décennale). Pour les crues extrêmes, l’impact de ces aménagements ne doit pas être considéré comme négligeables toutefois il est difficilement quantifiable.
Compte tenu des aménagements hydroélectriques et des nombreuses prises d’eau, la quasi-totalité du linéaire des principaux cours d’eau du Beaufortain : Doron, Dorinet, Argentine, Gittaz, Poncellamont, … sont soumis au débit réservé.

La dynamique torrentielle amoindrie du Doron,

A l’amont du bassin versant, le charriage des matériaux par les cours d’eau est limité du fait :
- du contexte géologique cristallin, plus résistant à l’érosion
- du piégeage des matériaux dans les grands barrages en tête de bassin

A l’aval de la confluence avec le Dorinet, le Doron acquiert une morphologie de rivière divagante. Toutefois les méandres sont très peu mobiles depuis 1952. Le principal phénomène constaté tout au long du Doron, de Beaufort à Queige, est un net resserrement de la bande active du Doron au profit de sa forêt alluviale.
Ce phénomène est engendré par la perturbation de l’hydrologie qui entrainent une l’atténuation des crues morphogènes, c'est-à-dire des crues moyennes, capables de mettre en mouvement les matériaux, d’inonder et de déplacer les bancs alluviaux et ainsi de régénérer les milieux. Un boisement progressif de des bancs et des anciens bras de divagation est constaté, indiquant une banalisation des milieux et une perte de biodiversité.
undefined
Réduction de la largeur de la bande active du Doron entre 1952 et 2006

Des affluents au charriage considérable,

undefined
Certains torrents du fait de leur configuration géologique et morphologique sont capables de transporter des quantités importantes de matériaux et de bois morts tels que le Nant Traversier ou le Nant Bruyant. Ce dernier est susceptible de générer des laves torrentielles dévastatrices. En juin 2008 et 2009, la quantité de matériaux charriée à obstruée la confluence avec le Doron entrainant des débordements sur la RD 925, nécessitant une intervention d’urgence.
 

Un véritable envahissement des berges par les espèces invasives

La Renouée du Japon a largement envahi le Doron depuis Beaufort jusqu’à Queige, certains affluents tels que le Dorinet, l’Argentine et de plus petits affluents sont également concernés.
Des actions de lutte ont d’ores et déjà été engagés par les communes et la Communauté de Communes du Beaufortain avec l’appui du CG73, afin d’éradiquer prioritairement les foyers de contamination les plus en amont.
undefined
Massifs de Renouée du Japon à Queige 

undefined
foyers de Berce du Caucase
Les foyers de Berce du Caucase recensés sur Arêches ont également fait l’objet de travaux d’éradication du fait des risques sanitaires. Le contacte de cette plante combiné à une exposition au soleil peut entrainer des brulures importantes. Ouvrez l’œil !
SYNDICAT MIXTE DU BASSIN VERSANT ARLY - Hôtel de Ville BP2 - 73401 Ugine cedex - Tél. 04 79 37 34 99 - Contact - Mentions légales - réalisé par B4f