Sur la plaine alluviale entre Ugine et Albertville, l’Arly conflue avec la Chaise à Ugine et le Doron à Venthon.

Une réduction progressive de l’espace de mobilité de l’Arly,

undefined

Confluence Arly Isère au 18ème siècle

Tandis qu’elle divaguait très largement sur l’ensemble de sa plaine alluviale (de 150 à 350m avant 1730), l’Arly a été progressivement endiguée à partir du 19ème siècle afin de lutter contre les dommages régulièrement causés par les crues aux cultures. Cet endiguement ne concernait alors que la rive droite et il a été complètement repris à la fin du 20ème siècle lors de la création de la 2x2 voies entre Albertville et Ugine.

Cet endiguement a conduit à une déconnexion quasi complète de l’Arly et de ses affluents de rive droite. Ces affluents et l’ensemble de la plaine alluviale en rive droite sont drainés par le canal Lallier aménagé au milieu du 19ème siècle.

Située sur l’ancien cône de déjection de l’Arly dans l’Isère, la ville d’Albertville a vu son urbanisation se développer à partir des premiers endiguements de l’Arly au début du 19ème siècle.
 

undefined

D’une rivière en tresse à une rivière à chenal unique - évolution du lit de l’Arly du 18ème au 20ème siècle

Un enfoncement du lit conséquence des aménagements, 

L’aménagement progressif du lit associé à un déficit d’apport en matériaux depuis l’amont et la combinaison d’autres facteurs ont entrainés depuis le début du 20ème siècle une incision du lit de l’Arly de 1 à 2 mètres. Ce phénomène se poursuit aujourd’hui encore notamment au niveau d’Ugine et entre Albertville et Venthon. Certains ouvrages affouillés ont déjà fait l’objet de travaux de confortement.

Une large colonisation par les espèces invasives,

Renouée du Japon et Buddléia ont largement colonisées l’ensemble du secteur. Ces colonisations impactent lourdement les cours d’eau en réduisant la biodiversité des milieux, en fragilisant les berges et en rendant l’accès impossible au cours d’eau.

Une bonne qualité des cours d’eau mais des efforts dans le domaine de l’assainissement à poursuivre, 

La qualité physico-chimique des cours d’eau est bonne sur l’Arly entre Ugine et Albertville. Des améliorations sont toutefois à apporter aux systèmes d’assainissement des communes des secteurs, rencontrant dans certains cas des problèmes de surcharges hydrauliques et des réseaux encore unitaires ou des secteurs non raccordés. La forte pression foncière du secteur est à prendre en compte afin de limiter la dégradation de la qualité des eaux dans les prochaines années.

undefined
L’Arly à Césarches

Des pollutions industrielles non négligeables,

Composante économique essentielle du territoire, l’activité sidérurgique est implantée à Ugine depuis le début du 20ème siècle. D’autres sites industriels aujourd’hui fermés, se sont également développés à l’amont d’Albertville.
Le suivi de la qualité des cours d’eau montre des dégradations ponctuelles liées à la présence de micropolluants entre Ugine et Albertville. Les PCB, dérivés chimiques chlorés plus connus en France sous le nom de pyralènes, ont fait l’objet d’analyses en 2008 ont montrés une absence de contamination sur la quasi-totalité des stations de mesures.
Des démarches de réduction des substances dangereuses ont d’ores et déjà été engagées par les principaux établissements en partenariat avec les services de l’état.

Au delà des principaux industriels, ces substances dangereuses peuvent également provenir de l’usage de produits pas les entreprises et par les particuliers.

SYNDICAT MIXTE DU BASSIN VERSANT ARLY - Hôtel de Ville BP2 - 73401 Ugine cedex - Tél. 04 79 37 34 99 - Contact - Mentions légales - réalisé par B4f